Home ActualitésUn message à la société civile de la république démocratique du congo
Un message à la société civile de la république démocratique du congo

Un message à la société civile de la république démocratique du congo

Les organisations de la Société Civile et les citoyens organisés dans le cadre de la campagne #NoAlVotoElectrónico (#NonAuVoteElectronique) en Argentine, nous tenons à vous adresser notre soutien et notre solidarité pour résister à la mise en place du système de “bulletin unique électronique”, aussi connu comme “machine à voter”, qui sera utilisé lors des élections présidentielles de cette année en République Démocratique du Congo. Nous connaissons parfaitement l’initiative dans la mesure où notre gouvernement avait souhaité acquérir en 201 6 les mêmes dispositifs fournis par la société Miru Systems de Corée du Sud. Le gouvernement argentin avait avancé sur un accord de coopération avec cette société pour l’implémentation de ce système dans notre pays et en avait alors établi les lignes directrices qui sont aujourd’hui destinées à être utilisées en République Démocratique du Congo. Suite à une forte campagne menée au Parlement National, avec le soutien des principales universités et spécialistes de sécurité informatique de notre pays, ainsi que des organisations de défense des droits fondamentaux d’Argentine, un grand nombre de parlementaires ont finalement pris conscience des risques inhérents à la mise en place du vote électronique. De nombreux aspects de la mise en place du système en République Démocratique du Congo sont identiques à ceux du projet en Argentine. Nous espérons donc que notre expérience et notre soutien puissent vous être utiles.
1 ) Le système présenté à la fois en République Démocratique du Congo et en Argentine comme un “bulletin unique électronique” ou “bulletin électronique” est un système de vote électronique et
est donc soumis aux mêmes menaces et risques que tout système de vote par un ordinateur.
2) Il n’existe aucun système de ce type dans le monde qui permette de préserver correctement les trois aspects fondamentaux du système de vote: le secret du vote, l’intégrité de l’élection et la transparence du système.
3) Il n´est pas possible d´auditer l’élection sans une connaissance approfondie de la sécurité des systèmes (nota : agregaría d´information). Même dans le cas où une machine serait auditée par des experts, rien ne garantit que les fonctionnalités de celle-ci soient les mêmes que celles appliquées dans les dizaines de milliers d’ordinateurs qui seront déployés lors de
l’élection. En conséquence, il est impossible d´auditer de manière appropriée une élection de ce type.
4) Le contrôle du système électoral est un droit et un devoir du citoyen. Lorsqu’un système de vote par ordinateur est imposé, celui-ci empêche le citoyen d’exercer pleinement son droit de participer au processus électoral.
5) L’affirmation selon laquelle le système est moderne est fausse. Le vote électronique, dans toutes ses variantes, est en recul dans le monde. Les démocraties les plus avancées de la planète, les pays avec la meilleure technologie, y compris le pays qui fournit ces machines à voter à la République Démocratique du Congo – la Corée du Sud – utilisent la technologie la plus éprouvée et efficace pour l’acte électoral: le bulletin de vote unique de papier.
6) Tous les systèmes de vote par ordinateur connus dans le monde qui ont été audités par des chercheurs indépendants ont été reconnus vulnérables. Les adopter dans un processus électoral est mettre en péril l’acte fondateur du système démocratique.
Les organisations de la Société Civile ci-dessous signataires et les citoyens et experts en sécurité
informatique qui accompagnons cette lettre, nous nous mettons à disposition de la citoyenneté de la République Démocratique du Congo pour contribuer à la défense de son droit inaliénable à des élections transparentes, équitables et fondées sur les traités internationaux relatifs aux droits civils et politiques: le droit au vote secret, libre, égal et universel, afin de consolider un système pleinement démocratique. Non au vote électronique. Nous ne voulons pas d´ordinateurs pour voter, ni en Argentine ni en République Démocratique du Congo!

En format pdf cliquez iciCommuniqué de la Fundación Vía Libre et de Poder Ciudadan sur la machine à voter – 1er juin 2018

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *