Home ActualitésSud-Kivu: le chef milicien Frédéric Koko di Koko est-il mort?
Sud-Kivu: le chef milicien Frédéric Koko di Koko est-il mort?

Sud-Kivu: le chef milicien Frédéric Koko di Koko est-il mort?

Avec Jean-Luc M et Ibag Bagenda

Le Seigneur de guerre Frédéric Koko di Koko aurait été tué, ce jeudi 28 mars 2019 à Shabunda, lors d’une attaque menée par l’armée régulière de la RDC. Selon des sources sur place, l’armée a également capturé six des hommes fidèles à ce chef rebelle réputé pour ses différents actes de violations des droits humains.

D’après nos sources, la position de Koko di Koko, au cœur des forêts, a été ciblée par des FARDC en pleine mission de traque des forces négatives. Alors que certains de ses éléments s’apprêtaient à faire reddition, et qu’ils l’ont proposé à leur maître, Freddy Koko di Koko ne l’a pas entendu de cette oreille, mais il a choisi de leur ravir des armes. Ce qui a certainement réduit ses effectifs et l’a rendu moins performant.

Selon les mêmes sources, les miliciens favorables à la reddition ont dû joindre les rangs des FARDC et ont révélé à l’armée nationale la situation de l’un des chefs Raias Mutomboki les plus recherchés. C’est ainsi que les troupes républicaines ont lancé un assaut.

Le chef rebelle en succombera avec certains de ses compagnons. Six autres de ses proches auraient également été attrapés et extradés à Bukavu en attendant la poursuite de leur dossier en justice.

Contacté par Laprunellerdc et radio Svein Bukavu, le porte-parole du secteur opérationnel Sukola 2, axe Sud Sud-Kivu, confirme l’attaque de la position du chef Mai-Mai, mais se réserve de le donner pour mort. Pour le capitaine Dieudonné Kasereka, lors de l’attaque, Koko di Koko a été touché par des balles et a fui blessé.

« Nous avons réussi à détruire un campement des mai-mai Koko di Koko. Lui-même a été blessé avant de fuir dans la forêt […] » nous a appris le capitaine Kasereka qui reconnait ne pas avoir des informations sur la mort dudit chef rebelle jusqu’à présent.

Parmi les hommes de Koko di Koko capturés, le porte-parole de l’armée cite l’adjoint de Koko di Koko « chargé de l’administration et de la logistique, du nom de Samitamba Mikese » qui « est en train d’être acheminé à Bukavu ».

Freddy Koko di Koko est un chef milicien Raiya Mutomboki dont le groupe est actif dans les territoires de Mwenga et Shabunda.

En date du 8 février 2018, les troupes de ce seigneur de guerre ont attaqué le village de Kabikokole (Photo), en territoire de Mwenga, où elles ont commis des graves crimes. En une seule nuit, plus d’une centaine de femmes a été violée, tous les biens du village ont été pillés [ou incendiés] y compris le centre de santé de Kabikokole.

A partir du mois d’Avril 2018, les hommes de Koko di Koko, associés à ceux d’autres filières Raiya Mutomboki, ont commis une panoplie d’exactions à Kamungini, Keba, Wameli, Bimpanga et Parking, où des femmes ont été massivement violées et des villages entiers ont été dévalisés.

La Fondation Panzi, du Docteur Denis Mukwege, a plus d’une fois dénoncé les crimes qu’a commis ce milicien et, sur base des preuves médico-légales fiables, a encouragé la justice militaire congolaise à se saisir de ses abus afin que ces actes ne restent pas impunis.

 

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *