Home ActualitésSud-Kivu : des insectes ravageurs insécurisent les cultivateurs dans plusieurs territoires
Sud-Kivu : des insectes ravageurs insécurisent les cultivateurs dans plusieurs territoires

Sud-Kivu : des insectes ravageurs insécurisent les cultivateurs dans plusieurs territoires

Par Museza Cikuru

Les autorités ayant l’agriculture dans leurs attributions sont priées d’apporter une solution urgente aux problèmes des insectes qui ravagent les plantes dans différents territoires de la province du Sud-Kivu en vue d’éviter la crise alimentaire que ce phénomène pourrait provoquer.

Cet appel est du président de la société civile sous noyau d’Irhambi Katana, Bahati Bahiga Jean, lors d’une interview exclusive accordée à la rédaction de la radio Svein, ce lundi 08 avril 2019.

Celui-ci indique que ces insectes attaquent les tiges des plantes, surtout le Maïs, haricot et manioc, à un mois seulement de la semence ; une situation qui, selon lui, crée la frustration de la part des cultivateurs, qui craignent déjà la famine qui s’annonce.

‘’Nous interpellons les autorités à chercher des spécialistes en cette matière pour nous venir en aide parce que de notre part on ne peut rien faire car nous ignorons cette maladie. Il n’y aura pas de production pour cette période parce que ces insectes sont en train d’abimer les plantes dans nos champs. Les conséquences seront énormes si les autorités ne réagissent pas urgemment’’ dit cet acteur de la société civile.

Contacté à ce sujet, le Directeur scientifique du Centre de Recherche en Sciences Naturelles CRSN/LWIRO, le professeur KALEME affirme que son centre avait été alerté en mars dernier sur ce phénomène dans le territoire de kalehe et qu’une équipe d’urgence avait été dépêchée sur place pour s’enquérir de la situation. Il indique que les insectes de différentes catégories sont entrain de ravager les plantes, surtout les maniocs, mais rassure que les échantillons ont été amenés au laboratoire pour des diagnostics en vue de chercher un remède à ce problème.

‘‘Nous avons eu l’information à partir du territoire de kalehe. Ils ont parlé des sauterelles qui ravagent les cultures. Nous avons fait une équipe constituée d’agronomes et des biologistes pour aller sur terrain et essayer de faire des investigations. Sur terrain nous avons vu qu’il y a des cochenilles et des insectes qui s’attaquent aux cultures et à la végétation. Et c’était sur une grande étendue’’ explique ce chercheur.

Le professeur KALEME renseigne qu’une réunion a été récemment organisée par le ministre provincial de l’agriculture avec différents acteurs de son secteur à qui le rapport préliminaire de ces enquêtes a été remis. Il indique que les autorités sont préoccupées par cette situation et appelle ces cultivateurs à couper les plantes qui sont déjà atteintes et les incinérer, en attendant les résultats des recherches qui sont en cours.

‘’Nous avons participé à une réunion avec le ministre de l’agriculture, pêche et élevage dans laquelle plusieurs chercheurs ont pris part ainsi que les responsables des organisations qui interviennent dans ce secteur. Des investigations sont en cours mais nous pensons qu’en premier lieu ces cultivateurs doivent couper et bruler les plantes attaquées et chercher d’autres variétés plus résistantes. On a constaté qu’il y a déjà des avancées et on espère qu’une solution palliative sera trouvée très bientôt’’ affirme-t-il.

Signalons que les cultivateurs de différents territoires de la province du Sud-Kivu sont à Kabare, Kalehe et Mwenga ont décrié depuis le mois passé l’envahissement de leurs cultures par des insectes et des maladies d’origine inconnue. D’aucuns pensent que si rien n’est fait dans l’urgence, ce phénomène risque de créer une crise alimentaire pour les habitants de ces territoires qui dépendent uniquement de leurs productions agricoles, mais aussi ceux de la ville de Bukavu qui bénéficient de ces productions.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *